La gastronomie des asturias


À présent, vous connaissez probablement vos tapas de vos pintxos et votre Rioja de votre cava. Le Manchego peut embellir vos planches de fromage et le piment fumé pourrait pimenter vos soupes.
Mais à moins que vous ne soyez un connaisseur de livres ou un hispanophile inconditionnel, il est probable que vous n’ayez pas découvert la cuisine méconnue des Asturies, la capitale espagnole de la nourriture réconfortante.
En effet, la plupart des personnes qui se rendent en Espagne s’en tiennent à ses lieux de vacances plus ensoleillés tels que Madrid, Barcelone et Séville – un faux pas depuis les Asturies qui offrent des paysages, de la musique, des sites religieux et une cuisine aussi remarquables.
Demandez à n’importe quel Espagnol – Les pâturages vert trèfle des Asturies, les mers grouillantes et les terres agricoles fertiles portent certaines des spécialités les plus prisées de la péninsule ibérique, du bœuf vieilli de la vallée des Asturies aux oursins de jour en passant par les oursins de mer piquants.
La meilleure partie est que les Asturies restent si loin de la piste touristique que – du moins pour l’instant – vous êtes plus susceptible de rencontrer des troupeaux de vaches que des hordes d’étrangers qui se cassent les selfies.
Alors allez-y stat, et mangez: ça vaut le coup visiter pour ces neuf plats seuls.

Fabada
La Fabada est pour l’Espagne ce que la feijoada est pour le Brésil et le cassoulet pour la France: un ragoût de haricots pour une occasion spéciale qui repose sur des ingrédients hyperlocaux, une technique exigeante et la patience d’un moine tibétain.
Toutes les autres tavernes du quartier prétendent à la mejor fabada, donc votre meilleur pari est de demander une recommandation à un local. Les grandes fabadas commencent avec de véritables fabas de la granja, des haricots blancs fins et semblables à des doigts d’une qualité exceptionnelle qui sont cultivés dans les Asturies depuis des siècles.
Après avoir été repulpés à la perfection ultra-crémeuse dans un bouillon de jambon serrano pendant six à huit heures, les haricots reçoivent un dernier coup de fumée et de graisse de compango, un mélange de délices porcins asturiens, y compris le chorizo ??à l’ail, le morcilla (saucisse de sang) et la pancetta . Si une fabada est dans votre avenir, séminaire Barcelone assurez-vous de faire une sieste postprandiale – le bouillon chauffant et les viandes lourdes provoquent un coma alimentaire assez immédiat.

Chorizo ??a la sidra
Une recette de chorizo ??à la sidra va quelque chose comme ça: laisser mijoter le chorizo ??dans le cidre; servir. D’une simplicité trompeuse et dangereusement addictive, c’est la nourriture par excellence des bars asturiens – une tapa impertinente et sans fioritures qui exige des morceaux de pain croustillant pour la trempette et des verres sans fond de cidre dur.
Étant donné que le chorizo ??à la sidra ne nécessite que deux ingrédients, il n’y a pas de coupure: seuls le meilleur chorizo ??fumé au bois de chêne et le cidre sec des Asturies suffiront.

Cachopo
Promenez-vous dans n’importe quel joint maman-et-pop dans les Asturies, et vous trouverez des dizaines de convives savourant du cachopo, une spécialité asturienne de côtelettes de boeuf frites farcies au jambon et au fromage et servies avec des poivrons rouges rôtis et des frites. Oubliez ce que vous avez entendu à propos des portions européennes – cet enjoliveur scintillant de carne contient plus de poids calorique qu’une entrée de Cheesecake Factory au Texas.
Le plat a un tel culte après qu’une académie espagnole officieuse des amis du Cachopo accueille le cachopo périodique renversements, et chaque mois de juillet, Madrid inaugure une semaine de Cachopo très attendue.

Cabrales
L’un des meilleurs fromages bleus du monde, le Cabrales (sans cah-BRA) tire sa saveur caractéristique (et sa putrescence agréable) de la maturation de six mois dans les grottes humides des montagnes des Asturies orientales (dont certaines que vous pouvez visiter).
L’environnement frais et sombre – toujours humide grâce aux stalactites dégoulinantes – est une boîte de Pétri parfaite pour le moule à pénicilline qui imprègne lentement chaque meule de fromage.
Cabrales est sur la plupart des menus des restaurants et fait également un merveilleux souvenir si odorant: dans les fromageries locales, recherchez celles faites avec un mélange de lait de vache, de brebis et de chèvre si votre goût de fromage peut être résumé par « le plus puant, le meilleur. » « 
Sinon, optez pour une variété de vache plus douce. Cabrales est si piquante et riche qu’elle n’a besoin que de pain grillé chaud et d’un couteau à beurre pour être un premier plat satisfaisant. Et comme la plupart des spécialités asturiennes, il a le meilleur goût accompagné d’un verre glacé de Sidra.

Cidre
Depuis l’époque pré-romaine, le sidra (cidre dur) est la boisson de prédilection des Asturies, dont le climat frais et pluvieux favorise les pommiers par rapport aux vignes.
Nuageux, saumâtre et rafraîchissant effervescent, le sidra ressemble peu aux Strongbows et Magners surdimensionnés et à une note que la plupart d’entre nous ont l’habitude de boire.
Dans les chigres, les tavernes de cidre d’autrefois que vous trouverez dans la région, les barmans font un spectacle de verser le cidre dans des verres à partir de frais généraux élevés, une technique censée aérer le vin et lui donner son pétillant caractéristique.
Glissez votre verre en une gorgée comme le veut la tradition, ou risquez de désapprouver les regards des habitants.

Pastel de cabracho
Souvent inélégamment traduit par «pain de poisson», le pastel de cabracho est une mousse rose-rose délicate à base d’oignons, de céleri, de crème et de la chair sucrée du poisson scorpion, qui habite les régions côtières rocheuses des Asturies.
L’humble plat a été rebaptisé dans les années 80 lorsque Le chef basque Juan Mari Arzak l’a mis en avant et au centre de son menu étoilé Michelin à Arzak à Saint-Sébastien.
Étalez le pastel sur une tranche de baguette grillée, ajoutez une cuillerée de mayonnaise (un acolyte traditionnel) et lavez avec un albriño galicien croustillant.

Frixuelos
Lorsque les festivités d’Antroxu (carnaval) de février se déroulent, les Asturiens de tous âges affluent vers le parc des expositions pour des frixuelos, des crêpes chaudes roulées dans du sucre et mangées à la main. Les puristes les avalent tout simplement, mais le Nutella, le caramel et la confiture de fraises sont généralement à portée de main pour ceux qui ont la dent sucrée.
Les Frixuelos sont si universellement adorés que vous les trouverez dans les menus des desserts de la région.

Afuega’l Pitu
Fabriqué à la main dans de petites laiteries appelées caserías, ce fromage au lait de vache friable se distingue par ses frappantes variétés de roxu (rouge) aromatisées au pimentón fumé et piquant.
Personne ne sait comment l’épice a trouvé sa place dans la recette traditionnelle, mais c’était accident heureux – un sac de paprika renversé dans la cuve de fermentation, peut-être. Ce qui est certain, c’est que l’afuega’l pitu est depuis longtemps prisée dans les Asturies, à tel point qu’au XVIIIe siècle, les agriculteurs utilisaient le fromage comme monnaie pour payer des impôts.
Si vous ne le trouvez pas sur les menus des restaurants (malheureusement, il est souvent éclipsé par les Cabrales plus largement produits), recherchez-le dans les queserías locales et les épiceries fines.

Moscovitas
Avec plus de pâtisseries par habitant que toute autre région d’Espagne, les Asturies revendiquent certaines des douceurs les plus délicieuses du pays – cas d’espèce: les moscovitas.
Ces biscuits enrobés de chocolat, cuits dans une petite pâtisserie à Oviedo appelée Confitería Rialto, ont des passionnés à travers la péninsule. Un avant-goût et vous comprendrez pourquoi: chaque plaquette de la taille d’un dollar en argent est imprégnée d’amandes espagnoles grillées, de caramel croquant et de chocolat amer.