L’Espagne est de retour au plein emploi


Venez organiser votre séminaire en Espagne, un pays ultra dynamique qui a réussi à remonter son niveau économique à un niveau d’à peine 3.5 millions de chômeurs. En effet, Le nombre de chômeurs en Espagne a baissé au mois de mars à 3,42 millions de demandeurs d’emploi, a annoncé mardi le ministère de l’Emploi. Cela représente « son niveau le plus bas des neuf dernières années » pour un mois de mars, selon le ministère. La baisse a été de 47.697 personnes par rapport au mois précédent. On compte 279.766 chômeurs de moins qu’en mars 2017, soit une décrue de 7,5% sur un an, selon le communiqué. Le ministère ne fournit pas de taux de chômage, laissant cela à l’Institut national de la statistique (INE) dont les données, calculées différemment, font référence. À la fin 2017, le taux de chômage était de 16,5% selon l’INE. L’Espagne connaît une croissance soutenue depuis 2014 après des années de récession, mais le taux de chômage, qui avait frôlé les 28% au plus fort de la crise, reste le deuxième plus élevé de la zone euro après celui de la Grèce. La décrue du nombre de chômeurs a surtout été marquée en mars dans la communauté valencienne (sud-est) ainsi que dans les régions de Catalogne (nord-est) et d’Andalousie (sud). Par secteurs, le chômage s’est réduit dans les services (-2,20%) et l’ l’industrie (-0,55%) mais s’est notamment accru dans le domaine de la construction (0,52%). En mars, l’Espagne a compté 18,5 millions de personnes affiliées à la Sécurité sociale, soit 592.081 de plus qu’en mars 2017.Le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy à Bruxelles, le 22 mars 2018 (AFP/Archives – Aris Oikonomou) « De bons chiffres », a commenté le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy sur son compte Twitter, ajoutant: « Continuons à favoriser la création d’emploi ». Environ 88% des contrats signés en mars étaient cependant à caractère temporaire, un domaine dans lequel l’Espagne détient le record de la zone euro. Le nombre de contrats à durée indéterminée a toutefois augmenté de plus 8,4% par rapport à mars 2017, précise le ministère. Le gouvernement espagnol a légèrement relevé fin mars sa prévision de croissance pour 2018, à 2,7% contre 2,5% auparavant. Le nouveau ministre de l’Économie, Roman Escolano, a assuré que le taux de chômage s’établirait à 15% fin 2018, contre 16,5% fin 2017. Madrid tablait jusqu’ici sur un reflux plus net, à 14,7% fin 2018.