Visitez les caves Cava


Alors que le président de Catalogne Carles Puigdemont s’apprête à prononcer un discours très attendu, mardi à 18 heures, les grandes entreprises de la région accentuent leur pression sur le gouvernement pour tenter de le dissuader de déclarer l’indépendance. Trois grands groupes viennent encore de transférer leur siège social hors de Catalogne. Et c’est un symbole : Freixenet, le numéro 1 mondial du fameux Cava, le vin pétillant espagnol, pourrait également partir. Un départ en cas de sortie de l’UE. Cette emblématique bouteille noire est connue et distribuée à travers le monde. 80% de la production s’exporte, et en grande partie vers l’Europe. Au cœur du vignoble, à Sant Sadurní d’Anoia, se trouve l’imposant siège de Freixenet. Il fait vivre un millier d’employés et des cultivateurs de toute la région. Mais l’indépendance ne leur laisserait pas le choix : « si cette déclaration (de Carlès Puigdemont, mardi à 18 heures) implique de sortir de l’Union européenne, nous partirons. Il faudra fermer », prévient l’un des héritiers, Pedro Bonet. « Ils cherchent à nous faire peur ». À la sortie de la cave, un employé se rassure en se disant que « les vignes ne peuvent pas partir comme ça ». Mais l’appellation Cava n’est pas limitée à la Catalogne. Pourtant, le village reste profondément indépendantiste. Les drapeaux flottent jusqu’au balcon du bureau du maire, Josep Maria Ribas. « Ils cherchent à nous faire peur en nous disant ‘Attention, les entreprises vont partir’. Mais ça, ça ne marche pas. La vérité, c’est que ça leur coûterait cher. Les vignes sont ici. Ce n’est que de la politique », avance l’édile indépendantiste. Le maire a pourtant fait le calcul : il risque de perdre 400.000 euros de rentrées fiscales. Sans compter qu’un départ de l’entreprise aurait aussi, immanquablement, des conséquences sur le tourisme.